La figure de l’exilé au XIX° siècle

The conversation propose aujourd’hui en partenariat avec Retronews, un article de Delphine Diaz sur l’accueil réservé aux réfugiés dans la France du XIX° siècle. Y est également évoqué les débuts de la construction de la notion de réfugié « les réfugiés ont été progressivement définis comme des individus coupés de tout lien avec leur pays d’origine, venus en France pour des motifs exclusivement politiques, et devant compter sur l’aide du gouvernement pour subsister. »

 

L’accueil des réfugiés en France au XIXᵉ siècle

File 20171015 3537 1tawoxc.jpg?ixlib=rb 1.1
Honoré Daumier, « Le réfugié politique ».
Fine Arts Museum of San Francisco

Delphine Diaz, Université de Reims Champagne-Ardenne

Nous vous proposons cet article en partenariat avec RetroNews, le site de presse de la Bibliothèque nationale de France.


Alors que la crise de l’asile occupe aujourd’hui les unes des journaux européens et s’impose comme un sujet politique et médiatique de premier ordre, le détour par la presse du XIXe siècle montre que l’accueil de réfugiés étrangers n’est pas sans avoir suscité l’intérêt des journaux de l’époque.

Continuer la lecture de La figure de l’exilé au XIX° siècle

Compter, représenter, spatialiser la mort

La butte rouge, c’est une chanson écrite suite au choc des batailles de tranchées de la première guerre mondiale, devenu hymne pacifiste de la gauche.

« C’qu’ell’ en a bu, du beau sang, cette terre !
Sang d’ouvriers et sang de paysans,
Car les bandits qui sont cause des guerres,
N’en meur’nt jamais, on n’tue qu’les innocents ! »

Nicolas Lambert, géographe et cartographe, reprend cette expression pour caractériser sa représentation cartographique  des morts durant le déplacement migratoire vers le territoire de l’Union Européenne (UE).

Carte conçue et réalisée par Nicolas Lambert en avril 2015. http://geoconfluences.ens-lyon.fr

Continuer la lecture de Compter, représenter, spatialiser la mort

Réfugiés : à l’ouest, rien de nouveau ?

Catherine Wihtol de Wenden, Sciences Po – USPC

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

La crise de l’asile est-elle derrière nous ? Si les chiffres d’entrées ont diminué par rapport à 2015, les récents développements concernant la politique européenne face aux demandeurs d’asile semble poursuivre le fil tracé précédemment : une approche nationale et sécuritaire plus qu’une manifestation de solidarité européenne.

Continuer la lecture de Réfugiés : à l’ouest, rien de nouveau ?

La notion de migration mixte

Dans son article « Réfugiés à l’ouest rien de nouveau » (25/07/2017) Catherine Wihtol de Wenden mentionne  la notion de flux mixte. Un clic sur les mots m’amène sur une page du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) intitulé « La protection des réfugiés et les mouvements migratoires mixtes« . L’article comprend 4 paragraphes structurés comme suit : 1) définition du terme migrant, 2) différenciation entre migrant et réfugié, 3) constat de l’existence d’un flux migratoire mixte, 4) présentation du plan d’action  de 2006 du HCR concernant ce flux.

Continuer la lecture de La notion de migration mixte

Sur la construction de la catégorie Réfugiés

La Vie des idées a interviewé Aline Angoustures et Dzovinar Kevonian à l’occasion de la sortie de l’ouvrage qu’ils ont dirigé Réfugiés et apatrides. Administrer l’asile en France (1920-1960).

Les auteurs reviennent sur l’importance politique de la distinction entre immigrés et réfugiés. Cette distinction intervient dans les années 1920 comme tentative des Etats de résoudre la question des apatrides. « L’idée n’est pas tant de les distinguer des immigrés que de leur permettre de devenir des migrants pouvant, avec un certificat d’identité et de voyage (le « passeport Nansen »), émigrer dans d’autres États que les pays de premier asile. Le certificat remplace le passeport national manquant ou impossible à obtenir. » Les deux décennies 1920 et 1930 sont marqués par des exils et déplacements massifs de populations. Après la seconde guerre mondiale, la notion de persécution dans le pays d’origine est ajoutée à celle d’absence de pays d’appartenance. La convention de Genève (1951) inscrit cette évolution dans le droit international.

Continuer la lecture de Sur la construction de la catégorie Réfugiés

Très jeunes enfants migrants et droits fondamentaux

J’ai parlé il y a quelques temps de l’effervescence qu’avait engendré une déclaration du Défenseur des droits qualifiant la situation actuelle des migrants à Calais d’atteinte aux droits fondamentaux. Sporadiquement depuis des articles sont publiés dans le même sens, sans réel impact dépassant le choc d’une partie de l’opinion s’exprimant sur les réseaux sociaux.

L’intervention du Défenseur des droits englobait l’ensemble des migrants quel que soit leur âge et leur situation, même si un bref focus était fait sur la situation des femmes enceintes et des jeunes mères et sur les mineurs isolés. L’article publié sur le site Les Observateurs/ France 24 le 07 juillet est centré sur la situation des jeunes enfants dés son titre fort « À Grande-Synthe, des bébés de migrants dans des conditions inhumaines« . La photo de couverture montre au centre haut de la photo un jeune enfant pieds nus dormant quasiment à même la terre. L’article est signé par « les observateurs ». Le site est contributif et si j’ai bien compris le fonctionnement le contenu du propos est apporté par une personnelle non professionnelle du journalisme qualifiée d’observateur. Ici il s’agit de  « notre Observatrice, Isis Mera, fondatrice de l’ONG britannique Help4Refugees » et d’un journaliste professionnel ayant mis en forme et enrichi le propos, Corentin Bainier.

Continuer la lecture de Très jeunes enfants migrants et droits fondamentaux

L’ethnographie multi-située : comprendre la mobilité et l’ancrage

« Effectivement, une fois qu’on accepte que les gens bougent, et que, lorsqu’ils bougent, ils produisent de la culture, il faut trouver des façons de les observer dans leurs parcours à travers le monde. Ces transformations touchent les pratiques des deux personnages qui sont au centre de l’interaction sociale produite par le travail de terrain : l’ethnographe, qui ne peut plus centrer son observation sur un seul lieu, et l’informateur, qui ne peut plus être observé comme une personne qui reste confinée dans un lieu. » (§2, en ligne)  Filomena Silvano introduit en ces termes son article sur les notions de mobilité et d’ancrage qui vient de paraitre dans le numéro de Juillet des Cahiers de l’URMIS (disponible sur revues.org). 

En 1997 et 1998, Filomena Silvano accompagne le tournage de deux documentaires du réalisateur João Pedro Rodrigues sur une famille d’immigrants portugais. « La question de la tension entre mobilité et ancrage territorial était à l’origine de ce projet. Nous voulions comprendre les processus de construction des univers culturels et identitaires des différents membres de la famille, en tenant compte du fait qu’ils vivent en voyage constant entre deux petits villages portugais et la ville de Paris. » (§4, en ligne).  L’autrice cherche à savoir comment chaque membre de la famille construit son identité à travers l’expérience du voyage et de la mobilité. Je n’avais pas jusqu’ici réfléchi à ce que recouvrait chacun de ces deux termes et à quel(s) type(s) d’expérience vécu les appliquer. L’article ne va pas plus loin sur ces définitions se concentrant plutôt sur ce qui fait varier les compositions identitaires et en premier lieu le genre. L’ethnographe observe que le père endosse en le revendiquant le rôle de l’émigrant construisant, par ses efforts, la vie des générations futures de la famille. La mère, elle, se distancie de ce rôle pour se rapprocher de celui d’une femme de classe moyenne française. La vie sociale du père ne s’inscrit que dans la communauté immigrante portugaise et tourne autour des activités de la paroisse. Outre l’Eglise, il donne du temps bénévole à l’enseignement du portugais. Il met en avant vers l’extérieur (l’équipe de tournage) sa réussite professionnelle et la réussite scolaire de ses enfants. La vie sociale de la mère se partage entre la communauté émigrante portugaise et la participation plus large à la ville où elle habite. Lorsqu’elle invite l’équipe de tournage chez elle, elle leur propose de la cuisine française. Filomena Silvano parle à ce propos d’une culture portugaise urbaine. 

On comprend en filigrane que la notion de mobilité renvoie au rôle de « bon émigrant » endossé par le père et celle d’ancrage au rôle endossé par la mère mais les deux notions ne sont pas précisées.

Filomena Silvano, « José et Jacinta ne vivent pas toujours dans les mêmes lieux : négociations identitaires dans un contexte de tension entre mobilité et ancrage », Cahiers de l’Urmis [En ligne], 17 | juillet 2017, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 08 juillet 2017. URL : http://urmis.revues.org/1470

Appel à contribution : habitat précaire et éducation

La revue Spécificités en collaboration avec le Collectif pour le droit des enfants Roms à l’éducation (CDERE)  publie un appel à contribution pour un numéro thématique « Enfants en habitat / situation précaire et éducation » qui s’inscrit dans une volonté de favoriser la rencontre entre perspectives scientifiques et professionnelles.

La précarité des enfants s’est intensifiée, aujourd’hui un enfant sur cinq vit en-dessous du seuil de pauvreté. Parmi ces enfants, une part non chiffrée statistiquement vit dans des habitats insalubres, de fortune, en hôtel ou à la rue. L’école doit-elle s’organiser pour tenir compte des conditions de vie des enfants scolarisés ? Quels sont les effets de l’habitat précaire sur la réussite scolaire ?

L’appel à communication propose 4 axes :

  • Les dimensions scolaires
  • Les acteurs institutionnels et les stratégies des familles
  • Les politiques d’inclusion, citoyenneté
  • La précarité du logement au quotidien

Les articles (30 000) signes doivent être adressés à la revue avant le 15/10/2017.

Plus d’info ici : « Enfants en habitat / situation précaire et éducation », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 14 juin 2017, http://calenda.org/408525

Calais : entre absence de droits et droits fondamentaux

Cette fin de semaine est marqué par un retour de Calais dans l’actualité. Calais, un nom de ville, devenu mot renvoyant à une enclave territoriale appliquant un traitement des migrants spécifiques, dérogeant au droit commun, même après avoir été démantelée (octobre 2016).

C’est le Défenseur des droits qui a favorisé le retour du sujet dans l’actualité médiatique en cette période de fin de campagne législative du second tour. Le lundi 12 juin, les services du Défenseur des droits se rendent à Calais. Mercredi 14 juin, 20 minutes publie un article sur un communiqué « d’une rare virulence » émis par le Défenseur des droits et relayé par ce dernier sur les réseaux sociaux dans un thread. Le lendemain, jeudi 15 juin, le compte Twitter de Médecins du Monde publie des informations allant dans le même sens. Le vendredi 16 juin, Libération sort un article intitulé « A Calais, les associations attaquent l’Etat en justice« . Ce même jour une pétition lancée par  Bondy Blog et publiée sur change.org est diffusée sur les réseaux sociaux, elle s’intitule « M. le Président, faites cesser ces violences envers les migrants« . Adressée à Emmanuel Macron, Président de la République Française, la pétition avait recueilli 6059 soutiens au matin du 17 juin. Les différents documents reprennent le même chiffre concernant le nombre de migrants concernés : 600.

Continuer la lecture de Calais : entre absence de droits et droits fondamentaux

En crèche et sans domicile, le sommeil n’est pas facile

16 juin 2017.

Je ne travaille pas sur le projet aujourd’hui, j’ai rendez-vous avec des professionnels de la petite enfance pour nourrir mon cours de l’année prochaine auprès des étudiants puéricultrices.

On parle des enfants accueillis en crèche, des problématiques que constatent les professionnels de la petite enfance : écran, alimentation, troubles du comportements et sommeil.

pixabay

On approfondit les échanges sur le sommeil, c’est un thème dont je constate la récurrence chez les professionnels de la petite enfance à l’adolescence. On en vient à ce qui peut troubler le sommeil.

Mon crayon suspend son vol. Je redresse la tête et demande à mon interlocuteur de répéter son propos. Il s’exécute. Parmi les troubles du sommeil repérés, se trouvent les jeunes enfants migrants dont la famille est en attente d’un titre de séjour. Selon mon interlocuteur, certains dorment dans la rue, d’autres parviennent à accéder à un hôtel parfois en dormant à 5 dans un lit. Personne autour de la table n’arrive à chiffrer ces cas mais il ne s’agit pas d’un ou deux cas isolés.

En consignant ces déclarations je pense au jeu de visibilité / invisibilité qu’occasionnent les différentes dispositifs. L’attente d’un titre de séjour crée une latence dans laquelle les personnes ne sont visibles que quand elles sont en démarche d’accès à des droits et des services. Le recours à des places, en hôtel, à la crèche, donne une existence sociale à la personne, elle devient un « cas » pouvant être repéré par les professionnels mais pour autant cela ne permet pas une prise en charge globale. Un enfant de moins de trois ans peut bénéficier en  journée du rythme, de l’encadrement, des soins de santé et de puériculture, d’un établissement public d’accueil et se retrouver ensuite à la rue où au mieux dans une chambre d’hôtel.